| Page 7 | Dominican University College

Blog - Blogue

  • Éthique de la vie universitaire

    Tuesday, March 04, 2014
    Maxime Allard O.P.

    Depuis près de deux semaines, impossible de ne pas entendre parler des Olympiques!  Depuis deux semaines, dans les médias, de jeunes hommes et femmes jouent – ce sont des « jeux » olympiques après tout – ensemble. Ils s’y sont préparés pendant des années. Commentateurs et spectateurs louent la discipline, les efforts, les sacrifices requis de ces jeunes. Ils signalent le dévouement et l’engagement des entraîneurs et ne taisent pas le soutien moral et financier nécessaires pour rendre possible les performances qui nous éblouissent.

    Depuis près de deux semaines, je suis tenté de comparer ces « disciplines » olympiques avec la vie intellectuelle. Soyez rassurés, je ne suis pas intéressé à transformer classes ou facultés en lieux de compétitions d’élites!

    Comment insuffler – sur le long terme – aux étudiants, aux étudiantes  et aux professeurs ce goût pour une vie intellectuelle disciplinée, soutenue par le dévouement des uns envers les autres? Comment faire apprécier qu’être disciple, qu’être discipliné est essentiel à l’apprentissage et à la recherche? Comment le faire pour introduire à la joie de ce que rend possible le raffinement des concepts, le perfectionnement des arguments? Comment, en un certain sens, promouvoir les « performances» intellectuelles témoignant de ce que peuvent devenir des hommes et des femmes plongés dans une vie d’étude?

    Je pose la question du « comment ? ». Je pourrais tout aussi bien poser celle du « pourquoi? »!  Pourquoi serait-il approprié de penser la vie intellectuelle, dans sa version scolaire ou non, comme un entraînement, comme une discipline? Pour le plaisir d’apprendre? Pour la satisfaction produite par  l’accomplissement d’un parcours menant à de la contemplation de la vérité?

    Pourquoi ces questions? Parce que, me semble-t-il, ce plaisir de la discipline en vue du perfectionnement n’est guère goûté autant qu’il pourrait l’être! Parce que, toujours à partir de ce que je vois, la routine s’installe rapidement, la satisfaction du minimum est dotée de charmes tentateurs et envoûtants, l’engagement dans l’apprentissage intellectuel est déclassé au profit de la pensée toute fait, l’expression de l’opinion cède le pas à l’argumentation réfléchie. Parce que le diplôme devient une médaille, un trophée à exposer, l’occasion pour certains acteurs économiques ou politiques de transformée les capacités reconnues de la personne diplômée en machine à faire de l’argent!

    Pourquoi ces questions? Parce que, il importe de l’avouer, il existe dans les milieux universitaires, des hommes et des femmes dévoués à entraîner les jeunes et à les soutenir dans leur quête de savoir et de vérité. Parce que –  le rappel n’en est pas vain – des étudiants, des professeurs et des chercheurs s’adonnent à cette discipline sans autre but que de parvenir à offrir au monde quelques nouvelles bribes de connaissances qui pourront améliorer l’expérience de leurs frères et sœurs en humanité.

    Pourquoi ces questions? Parce qu’il ne me semble pas évident de leur apporter une réponse toute faite! Parce que je crois qu’il importe de revoir les manières d’envisager la motivation, le soutien des efforts pédagogiques et des processus d’apprentissage à l’Université! Enfin, parce que je crois que la philosophie et la théologie, parmi les disciplines universitaires, sont des pratiques intellectuelles possédant une riche histoire d’enseignements, d’intuitions et de voies à explorer à nouveaux frais aujourd’hui!

    Ces pistes, je m’efforcerai de les parcourir et de vous en faire part régulièrement dans les prochaines livraisons de ce blog!